L’abandonnique et le déserteur

L’abandonnique :

– être habité par une peur permanente, voire obsessionnelle, de perdre l’amour des autres et d’être abandonné qui le pousse à prendre tous les moyens pour plaire.

– le moindre oubli, la moindre distraction, la moindre absence, le moindre retard peuvent être perçu comme mise à distance.

– peur viscérale d’être rejeté qui lui fait interpréter tout geste ou absence de geste comme exclusion.

– être marqué par un complexe d’abandon qui le fait énormément souffrir et qui se manifeste dans toutes ses relations.

-il manifestera un besoin vital de plaire inconditionnellement. Il se niera, se manquera de respect, se laissera envahir, cédera sa place aux autres. L’abandonnique va même jusqu’à prendre la responsabilité des émotions, des problèmes, des déceptions, des échecs et des choix des autres pour leur être agréable. C’est un être généreux à outrance, disponible à l’excès qui s’oublie totalement pour éviter l’intolérance, le manque d’amour.

– tellement peur d’être rejeté qu’il ira jusqu’à s’avilir pour garder l’amour de l’autre ou il l’abandonnera pour ne pas être lui-même abandonné.
 Malheureusement, son attitude ne fait que lui attirer le contraire de ce qu’il recherche. Comme il ne s’affirme pas ou ne se décharge d’une agressivité refoulée, il n’est ni respecté ni vraiment aimé. En effet, l’abandonnique mettant ni plus ni moins sa vie au service des autres, n’arrive jamais à se faire vraiment respecter.

– n’ose pas se définir, qui n’ose pas poser ses limites, qui n’ose pas trop s’avancer de peur de déplaire. Comme il prend la responsabilité de tout ce qui appartient aux autres, il ne sait pas vraiment qui il est et ce qu’il veut, ce qui fait qu’il est souvent un objet que l’on utilise, que l’on exploite et qu’on manipule. Son manque d’amour de lui-même l’empêche des se respecter et de croire en lui.
Ou bien il croit qu’il ne mérite pas l’amour de l’autre et qu’il ne vaut pas la peine d’être aimé, auquel cas il cherchera à plaire par tous les moyens et à prouver qu’il est quelqu’un de bien, ce qui maintient la dépendance la plus totale,par projection, que c’est l’autre qui ne vaut pas la peine d’être aimé et qu’il n’a pas besoin de lui.

Il se bâtit alors une indépendance farouche pour ne pas souffrir du rejet. Dans chacun de ses cas, il se leurre. En réalité, il s’attire le rejet parce qu’il se rejette lui-même, ne se reconnaît pas, ne s’aime pas et ne crois pas en lui. Il s’attire le rejet parce qu’il se nie, se laissera envahir et ne se respecte pas.
C’est ce manque d’amour de lui-même qui le pousse vers un déserteur.

 

 Solution : travailler son rapport avec l’amour de soi. (cf autre article sur le blog + exercices)

 

Le déserteur:

– être qui a peur de l’amour parce qu’il a été victime d’un amour emprisonnant ou d’un manque d’amour qui l’a fait beaucoup souffrir.

– éducation étouffante = peur d’être aimé liée à une peur effroyable de perdre leur liberté.

-s’ils se sentent possédés, il rejettent.

 Toutefois, comme ils ont un grand besoin d’amour, ils sont attirés par des abandonniques, qui vont leur manifester un amour possessif. Ce sont des être déchirés entre leur besoin d’être aimé et leur besoin de liberté. Dès qu’ils sentent l’emprise de l’autre, ils fuient parce qu’ils ont peur de perdre cette liberté qui leur est si chère.

Attention :les déserteurs peuvent être aussi des gens aux prisent avec un pattern d’abandonnique. Ayant souffert de l’abandon et du rejet, ils se protègent de la douleur de l’amour par le retrait. Ils ont beaucoup de mal à s’engager dans une relation par peur du rejet.

Lorsqu’ils se livrent et s’abandonnent, ils le regrettent souvent parce qu’ils ont peur de décevoir et, conséquemment, de déplaire. Aussi, chaque fois qu’ils s’engagent, ils se reculent pour se protéger. Ils sont donc tiraillés entre le besoin d’amour et leur peur du rejet.

L’abandonnique et le déserteur se ressemblent. C’est d’ailleurs ce qui les attire l’un vers l’autre. Ils ont le même besoin d’amour, la même peur de perdre l’autre, le même complexe d’abandon et le même mécanisme de fuite pour échapper à la souffrance. Ces deux patterns se complètent et s’entretiennent mutuellement.

L’abandonnique et le déserteur ne pourront réussir à se libérer que s’ils acquièrent une grande connaissance d’eux-mêmes, une confiance totale en l’autre et une profonde honnêteté de façon à bien distinguer ce qui leur appartient de ce qui ne leur appartient pas.