Faites connaissance avec Ezilda Van Herpe

Peux-tu te présenter en 3 mots ?
Bonne question !
Maman, Femme, Désabusée.

As-tu déjà écrit un livre ?
Pas personnellement, non, mais j’ai aimé écrire ce premier témoignage de mon expérience dans une épreuve bien particulière et inédite.


Pourquoi penses-tu qu’il est important de laisser une trace ?
Je pense que notre mémoire est courte et que nous nous laisserons vite emporter de nouveau dans notre quotidien en oubliant à quel point nous avions pu profiter de certaines choses pendant le confinement.

Combien de pages as-tu écrit au total ?
J’en ai écrit bien plus que ce qui est édité dans ce livre. J’ai coupé et réduit fortement mon récit pour éviter de fatiguer les lecteurs qui n’ont que faire d’un quotidien qu’ils connaissent tous, je pense. J’ai donc tapé mon journal et ensuite travaillé sur le contenu. Je suis passée de 200 pages environ à 114.

Quel est le mot que tu as le plus souvent utilisé dans ton texte ?
A vrai dire, je n’en sais rien. J’ai tenté de varier mon vocabulaire, mais à mon avis, ça doit être confinement.

Comment as-tu vécu le confinement ?
Pas toujours bien, j’avoue. J’ai eu des moments où je voulais tout plaquer et me casser loin, au risque de me prendre une amende. Je me suis sentie étouffée et seule. J’ai eu l’impression, en regardant les informations régulièrement, que nous n’étions pas nombreux à comprendre la gravité de la situation. Des personnes de mon entourage ont eu le Covid-19, ce qui donne un autre point de vue.

Penses-tu que beaucoup de personnes étaient dans le même cas que toi ?
Mes proches (famille et amis), oui. Ils respectaient ce que les scientifiques préconisaient et s’étonnaient souvent de ce qu’ils voyaient à l’extérieur.

Quelles sont les thématiques que tu as choisi d’aborder dans ce livre ?
Je pense que malgré moi, j’ai abordé la thématique de la famille, de la femme qui travaille à la maison et qui s’occupe en même temps de tout, et de la société actuelle. Je me suis surtout laissée guider par mon récit. Et mes réflexions du quotidien que j’ai regroupées par phases.

Si tu devais résumer le livre, du moins ta partie, en un mot, quel serait-il ?
Eh bien… Je ne pense pas qu’on puisse dire « espoir », parce que ce serait franchement prétentieux. Je dirais « Observation ».


Penses-tu qu’on pourra te trouver dans un autre ouvrage ?
Certainement, oui ! Parce que je pense que j’y ai pris goût. J’ai commencé à prendre des notes sur un cahier concernant la cartomancie. Je n’en dis pas plus, parce que je dois encore en parler avec mon éditrice. Je pense que vous entendrez parler à nouveau de mois à l’horizon 2021.

Co-auteure de La Beauté cachée du confinement- à paraître aux Editions Eveil & Vous- pour vous le procurer, n’hésitez pas à nous contacter!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *