Retour de lecture -la beauté cachée du confinement

Elle l’a gagné, lu et voici son retour de lecture

La beauté cachée, une hygiène de vie

J’ai eu la chance de gagner ce livre lors d’un concours, beau cadeau, tant j’aime les écrits sensés. Ces chroniques d’Ezilda et Flora (les deux auteures) ont bien retenu mon attention. Au final, je vivais cette sensation de terminer cette aventure avec leurs rédactions. Elles livrent leurs réflexions et ressentis pendant le premier confinement. Lire cela aujourd’hui, pendant la seconde vague, laisse un goût amer, tant l’espoir de voir éradiquer ce virus se trouve dans ce livre. J’y ai appris des notions de reiki, de libérations émotionnelles…J’étais heureuse de partager certaines angoisses, la flemme du sport à la maison, le recours à l’artisanat local et le besoin d’être tolérant face aux attitudes extrêmes de mes humains voisins. Le plus saisissant a été de lire qu’une des écrivaines envisageait la vaccination dans les écoles, alors que ces idées datent du premier confinement, et que moi, là tout de suite, en plein second confinement, j’avoue que cette idée m’a traversé l’esprit. Il y a un parfum de réconfort dans ce livre, et de projections peu rassurantes aussi. La morale pourrait être de toujours dénicher la beauté cachée dans toute réalité. Actuellement, je parlerais même de beauté volée, tant le réel donné en pâture peut démoraliser. Soyons les Indiana Jones gardiens des diamants en ces temps troublés. Dans les dernières pages, les auteurs questionnent directement le lecteur sur son vécu. Cette initiative interpelle vraiment l’esprit. Un espace de réponses aurait pu ouvrir de nouvelles portes (réponses par mail ou sur un blog). Merci à tous ceux qui ont créé cet oeuvrage 💗

La beauté cachée du confinement de Ezilda Van Herpe et Flora C Jules aux éditions Eveil & Vous

merci Valiouch Ka pour ce beau retour ! Et encore félicitations !

Carte Blanche – Ezilda Van Herpe

Quelle est « la philosophie selon Ezilda »? Ça va aller, je gère


Ton mot fétiche? Ironie, parce que la situation que j’ai décrite l’a été avec une ironie qui m’accompagne régulièrement quand je constate certaines situations.

Ton livre de chevet? Un livre qui m’aide à m’évader : Les thanatonautes. Il y a tellement de philosophie sur l’être humain dans ce livre…

Ton livre de coeur? Un livre de B. Werber
Ton chanteur favori? Francis Cabrel, pour la beauté de ses textes.
La chanson qui te parle le plus et pourquoi? Wonderful life de Ray Charles. On peut toujours trouver quelque chose de beau dans son quotidien


Si tu étais un animal, tu serais? Un chien ! Quand je vois la vie du mien…
Et l’animal qui te fascine le plus? Le chat, pour sa vie avec les humains et sa dépendance. Il a besoin d’eux, mais il peut vivre sans eux. Il l’a juste oublié.


Si tu étais une touche du clavier d’un smartphone, tu serais … La touche du téléphone pour garder la communication orale. Finalement, nous nous sommes aperçu que nous avons toujours besoin de contacts sociaux.


Quelle était ta matière favorite à l’école? Le français


Si tu as 2 000 000 d’euros en poche, qu’en ferais-tu?Tout ça ? C’est tellement que je n’arrive pas à me représenter cette somme. Je pense que j’en placerais une partie, et j’en profiterais pour voyager avec ma petite famille, loin et régulièrement. Enfin quand nous serons à nouveau libres de nous déplacer partout.


L’année prochaine, à la même période tu te vois …
Partie ! Je ne sais pas où, mais quelque part où je peux me promener tranquillement avec ma fille.

Ezilda Van Herpe est co-auteure du livre La Beauté Cachée du confinement

Faites connaissance avec Ezilda Van Herpe

Peux-tu te présenter en 3 mots ?
Bonne question !
Maman, Femme, Désabusée.

As-tu déjà écrit un livre ?
Pas personnellement, non, mais j’ai aimé écrire ce premier témoignage de mon expérience dans une épreuve bien particulière et inédite.


Pourquoi penses-tu qu’il est important de laisser une trace ?
Je pense que notre mémoire est courte et que nous nous laisserons vite emporter de nouveau dans notre quotidien en oubliant à quel point nous avions pu profiter de certaines choses pendant le confinement.

Combien de pages as-tu écrit au total ?
J’en ai écrit bien plus que ce qui est édité dans ce livre. J’ai coupé et réduit fortement mon récit pour éviter de fatiguer les lecteurs qui n’ont que faire d’un quotidien qu’ils connaissent tous, je pense. J’ai donc tapé mon journal et ensuite travaillé sur le contenu. Je suis passée de 200 pages environ à 114.

Quel est le mot que tu as le plus souvent utilisé dans ton texte ?
A vrai dire, je n’en sais rien. J’ai tenté de varier mon vocabulaire, mais à mon avis, ça doit être confinement.

Comment as-tu vécu le confinement ?
Pas toujours bien, j’avoue. J’ai eu des moments où je voulais tout plaquer et me casser loin, au risque de me prendre une amende. Je me suis sentie étouffée et seule. J’ai eu l’impression, en regardant les informations régulièrement, que nous n’étions pas nombreux à comprendre la gravité de la situation. Des personnes de mon entourage ont eu le Covid-19, ce qui donne un autre point de vue.

Penses-tu que beaucoup de personnes étaient dans le même cas que toi ?
Mes proches (famille et amis), oui. Ils respectaient ce que les scientifiques préconisaient et s’étonnaient souvent de ce qu’ils voyaient à l’extérieur.

Quelles sont les thématiques que tu as choisi d’aborder dans ce livre ?
Je pense que malgré moi, j’ai abordé la thématique de la famille, de la femme qui travaille à la maison et qui s’occupe en même temps de tout, et de la société actuelle. Je me suis surtout laissée guider par mon récit. Et mes réflexions du quotidien que j’ai regroupées par phases.

Si tu devais résumer le livre, du moins ta partie, en un mot, quel serait-il ?
Eh bien… Je ne pense pas qu’on puisse dire « espoir », parce que ce serait franchement prétentieux. Je dirais « Observation ».


Penses-tu qu’on pourra te trouver dans un autre ouvrage ?
Certainement, oui ! Parce que je pense que j’y ai pris goût. J’ai commencé à prendre des notes sur un cahier concernant la cartomancie. Je n’en dis pas plus, parce que je dois encore en parler avec mon éditrice. Je pense que vous entendrez parler à nouveau de mois à l’horizon 2021.

Co-auteure de La Beauté cachée du confinement- à paraître aux Editions Eveil & Vous- pour vous le procurer, n’hésitez pas à nous contacter!